Kahnawake désire implanter un casino sur ses terres

Publié le 16 septembre 2011

Le projet d’implantation d’un Casino à Kahnawake a franchi un pas supplémentaire vers sa réalisation future potentielle.  Bien que le projet ne soit pas nouveau, ce dernier passe maintenant en deuxième phase, alors qu’un budget de 115 000$ a été débloqué à cet effet lundi dernier.

La justification derrière ce plan repose sur l’obtention de revenus supplémentaires permettant de subvenir aux besoins criants des services essentiels comme l’éducation et les infrastructures.  Selon le Grand chef Mike Delisle, les subventions gouvernementales ne suffisent aujourd’hui plus à correctement combler les besoins et à son avis, l’implantation d’un casino serait la solution la plus rapide et efficace afin de mettre la main sur les montants requis afin de corriger les lacunes actuelles.

Le budget débloqué servira donc à mener des études de marché, d’autres sur l’impact économique, puis sur les conséquences sociales d’un tel projet.  Toutes ces démarches seront menées par une firme indépendante et advenant des conclusions positives, un référendum sur le projet serait tenu au cours de 2012.  Deux référendums similaires furent tenus en 2003 et en 1994, s’étant tous deux soldés par l’échec du projet, avec des résultats respectifs de refus de 53% et 57%.

Un tel casino pourrait être implanté près de l’autoroute 30 sur des terres promises à la nation mohawk, ou encore aux alentours du pont Mercier.

Avec ou sans Loto-Québec?

Quel est le rôle de Loto-Québec dans un tel dossier, et où se situe la frontière de la légalité d’un tel casino?  Selon le porte-parole du conseil Joe Delaronde, un tel casino passe nécessairement par une association avec Québec.  Pas question d’un partenariat similaire à celui entre la Première nation Chippewa et l’Ontario toutefois, où c’est la société d’État qui exploite l’établissement en sol amérindien, versant simplement un loyer sous forme d’un pourcentage des recettes de l’établissement à la communauté mohawk.

Dans l’étude rattachée au budget libéré lundi, il est clairement mentionné que « toutes les installations connues de jeu des Premières nations ont une forme d’entente avec leur État ou province ».  Une telle entente pourrait donc exiger qu’un pourcentage des recettes d’un tel casino futur soit directement versé à la société d’État québécoise.

Monsieur Delaronde demeure toutefois prudent sur la question:  “On présente ce qui existe ailleurs.  Ce n’est pas nécessairement la position du conseil.” Il ajoute que “si nous implantons un casino, nous voulons l’administrer nous-mêmes.”

Il va sans dire que de nombreuses étapes restent à être franchies avant de penser pouvoir aller visiter un futur casino à Kahnawake.  Advenant que le projet soit accepté par la population mohawk, il sera certes intéressant de voir si une entente pourrait bel et bien prendre forme avec la société d’État.  Après tout, un tel casino représentait une compétition directe au Casino de Montréal, à quelques kilomètres de route à peine les séparant.  Ainsi, on pourrait plaider que tout revenu supplémentaire obtenu ne servirait qu’à compenser les pertes engendrées par la compétition générée par ce nouvel établissement de jeu.

« En matière d’affaires autochtones, le gouvernement du Québec est possiblement le plus bureaucratique et à contre-courant » peut-on lire dans l’étude amérindienne déposée cette semaine.

Le premier coup de dés semble déjà lancé.

Selon Michel Thibault

Agence QMI

Discutez du projet de futur casino à Kahnawake sur le forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Amaya lance un jeu de course de chevaux dans les casinos du Québec
Un "post-it" de 6M$?
Kahnawake désire implanter un casino sur ses terres
Un arrêt poker/casino
Récupérer ses impôts américains
HAUT DE LA PAGE